Romania

 

Spécifiques Roumaine

"La Chose" Typique

Eléments d’identité roumaine : « la chose » typique roumaine

Cette rubrique nous a été inspirée par des questions qu’on a reçu de la part d’étrangers et surtout d’enfants (qui devrait préparer vraisemblablement des devoirs sur l’identité des pays) sur « les choses typiques », celle qui évoquent ou sont intimement liées à la Roumanie.
Si nos amis Belges et Luxembourgeois sont moins insistants sur « la chose typique », nos grands frères Français en sont friands. « Dites-moi ce que vous avez vraiment de typique» est l’une des premières réaction du visitateur du Hexagone dès qu-il arrive. Devant le silence souvent désemparé du roumain autochtone (dont une des qualités « typiques » est qu’il connais mal la chose typique roumaine mais peut vous parler avec éloquence et admiration de ce qui est typique dans bon nombre d’autres pays), il continue pour illuminer le malheureux ignorant, avec une longue énumération de la chose typique française.
Ce qui suit est le résultat de nos démarches pour identifier quelques éléments (sympathiques) de notre typicité nationale, autres que nos grands mythes fondateurs. Nous attendons également vos contributions !

 

Mythes et les légendes fondamentales de la spiritualité roumaine.

  • Miorita (mythe de la transhumance entre les 3 provinces roumaines et mythe de la mort) ;
  • Traian si Dochia (mythe de la fondation du peuple roumain) ;
  • Mesterul Manole (mythe de la création) ;
  • Zburatorul (mythe de l’amour).

Andere typische roemeense "dingen", die we elders op deze site uitvoerig bespreken zijn :

  • Oină (le sport national)

Nous attendons également vos contributions !

Photo

Dacia, ARO et Oltcit

Les voitures Roumaines.

06/01/2011 parru dans „Ziarul Financiarul” : L’usine Dacia produit une voiture par minute.

 

BitDefender


Les armoiries de la Roumanie

Les actuelles armoiries de la Roumanie ont été adoptées par le Parlement roumain, réuni en séance commune des deux chambres (le Sénat et la Chambre des Députés) le 10.09.1992.
Elles ont pour élément central l’aigle d’or à la croix, sur un bouclier azur, tenant des ses serres un sceptre et une épée.
L’aigle est le symbole de la famille des Basarab, dynastie princière fondatrice de la principauté de Valachie, ayant joué un rôle central dans le destin de la Roumanie. L’aigle symbolise également la latinité, le courage, la force et la détermination.
Le sceptre renvoie à la mémoire de Mihai Viteazu (Michel le Brave), 1593-1601, premier unificateur des principautés roumaines, tandis que l’épée est associée à  Stefan cel Mare (Etienne le Grand), 1456-1504), prince de la Moldavie.
Sur la poitrine de l’aigle se trouve un blason partagé en champs héraldiques représentant les provinces historiques roumaines (de gauche à droite et de haut en bas) : la Valachie, la Moldavie, le Banat, la Dobrogea, la Transylvanie avec le Maramures et la Crisana.


Projet de Alexandru Ioan Cuza


D'armes sous la politique de Royal


1947 - 1965
Republica Populară Română


1965 - 1989
Republica Socialistă România (RSR)


 

Le drapeau national

Steagul Romaniei. Drapelul Romaniei – albastru, galben si rosu. Culorile albastru, galben si rosu au fost folosite din vechime de catre romani ca simbol al lor.
Semnificatia culorilor este urmatoarea : Libertate (albastrul cerului), Dreptate (galbenul ogoarelor), Frăţie (roşul sângelui).
Ca drapel national, tricolorul se impune în 1859, odată cu dubla alegere a lui Alexandru Ioan Cuza, dar in varianta dispunerii orizontale a benzilor de culoare. Odata cu venirea domnitorului Carol I la putere, din 1867, Romania  respecta regulile vexilologice europene pentru steaguri tricolore care au, toate, banda de culoarea cea mai închisă, culoarea “rece”, lângă hampă, iar benzile sunt asezate vertical.

Ziua de 26 iunie a fost proclamată drept Ziua drapelului national al Romaniei. In 1848, in aceasta zi a fost emis Decretul nr.1 al Guvernului Provizoriu al Tarii Romanesti, prin care tricolorul rosu-galben-albastru devenea Drapel Naţional.
La 22 de ani s-a alaturat pandurilor lui Tudor Vladimirescu, devenind in scurt timp omul de taina al acestuia. “Foaia de propaganda” a armatei lui Tudor Vladimirescu a aparut la initiativa lui Poenaru. Acesta a fost, de fapt, primul ziar romanesc!
Steagul National al Romaniei, in forma lui actuala, a fost conceput de catre Petrache Poenaru. Acesta, se pare, a imitat modelul francez, iar la intrarea lui Tudor Vladimirescu in Bucuresti acesta a purtat pentru prima oara tricolorul actual. Acest tricolor a fost preluat mai apoi de catre generatia 1848, care a impus acest simbol in constiinta romanilor.
La rugamintile lui Tudor, Poenaru a plecat la studii la Viena si la Paris. In Paris fiind, a inventat ceea ce se cheama stiloul cu pompita.

L’hymne national

Imnul Romaniei. „Desteapta-te, romane!” este, din 1990, imnul national. Versurile si aranjamentul apartin lui Andrei Muresanu, poet de factura romantica, ziarist si traducato. Anton Pann este creditat ca autor al muzicii imnului. Titlul „Desteapta-te, române!” este în acelasi timp social si national; social, deoarece impune o permanenta stare de a asigura tranzitia catre o lume noua; national, deoarece alatura aceasta desteptare traditiei istorice. Imnul de stat al României este alcatuit din unsprezece strofe. La ocazii festive se interpreteaza strofele 1, 2, 4 si 11. Imnul Romaniei puteti sa il cititi aici pe tot Timp de câtiva ani „Desteapta-te, române!” a fost si imnul national al Moldovei, dar a fost înlocuit în 1994 cu „Limba noastra”.

L'Hymne au Drapeau (Hymni i Flamurit)

Les paroles ont été écrites par le poète albanais Aleksander Stavre Drenova, surnommé « ASDREN ». Le poème fut publié pour la première fois le 21 avril 1912 sous le titre Betimi mi flamur (Le serment au drapeau) dans Liri e Shqipërisë (Liberté de l'Albanie), quotidien albanais de Sofia. La même année, l'auteur l'inclura dans son recueil de poèmes Ëndrra e lotë (Rêves et pleurs) publié à Bucarest. La musique est l'œuvre du compositeur roumain Ciprian Porumbescu.
La Constitution albanaise appelle l'hymne national « Rreth Flamurit të Përbashkuar » (Rassemblés autour du drapeau), d'après le premier vers du poème. Pendant la répression antireligieuse du régime communiste d'Enver Hoxha, le dernier couplet avait été supprimé. Le texte original de 1912 comprenait aussi un Ciprian Porumbescu plus, a compus muzica pentru celebrul cântec patriotic, „Pe-al nostru steag e scris Unire”, muzică ce este folosită astăzi şi de către Albania, pentru imnul naţional „Hymni i Flamurit”. De asemeni a scris şi melodia fostului imn Trei culori.

StemaCuza2.jpgMarş triumfal şi primirea steagului şi a Măriei Sale Prinţul Domnitor (1862-1884)

Kingdom of Romania - Big CoA.svgTrăiască Regele (1884-1948)

Coat of arms of the Popular Republic of Romania (1948-1952).svgZdrobite cătuşe (1948-1953)

Coat of arms of the Popular Republic of Romania (1952-1965).svgTe slăvim, Românie! (1953-1977)

Coat of arms of the Socialist Republic of Romania.svgTrei culori (1977-1989)

Coat of arms of Romania.svgDeşteaptă-te, române! (1989-prezent)

Ciobanesc Romanesc

Notre chien national : Ciobanescul romanesc

Albina romaneasca Apis mellifera carpatica

  • Ciobanesc romanesc Carpatin
  • Ciobanesc romanesc Mioritic
  • Ciobanesc romanesc de Bucovina

http://www.ciobanesc.ro/

BitDefender

BitDefender est une gamme de logiciel antivirus et anti-spywares de l’éditeur SOFTWIN, basé en Roumanie, et lancée en novembre 2001.
Les logiciels BitDefender fournissent une protection antivirus et antispyware, les fonctionnalités d'un pare-feu personnel, de protection de la vie privée, de contrôle des utilisateurs et de sauvegarde de fichiers.

Biscuit Eugenia

 

Brânză de burduf

De chocolade reep ROM

 

Pistolul Carpati

 

Roemeense panfluit

 

 

Inka

Qlarivia -

http://www.icsi.ro

http://www.qlarivia.ro/

The Spoonman

 

Inzending van Diana Davidse.

Lepel van het Geluk
 
  • Dacia, ARO en Oltcit
  • Mineraalwater en Bier
  • Roemeense tapijten
  • Keramiek van Horezu
  • Braiconf hemden
  • Roomkaas uit Fagaras (Branza cu smantana Fagaras)
  • ...